Quand les ordinateurs étaient chose du futur

Thomas J. Watson a déjà dit : « Je crois qu’il y a un marché mondial pour, peut-être, 5 ordinateurs. »

Thomas J Watson

À l’époque, c’est-à-dire 1943, il était président d’IBM. Mais avant de rire de lui, jetons un coup d’œil au monde de 1943 :

  • Les micro-ondes n’avaient pas encore été inventés (1946)
  • L’idée de lancer un Frisbee n’avait pas effleuré l’esprit de qui que soit (1948)
  • Personne ne possédait de carte de crédit (1950)
  • Il n’y avait pas de radios transistor (1953)
  • Les enregistreurs vidéo n’étaient qu’un rêve (1956)

1943, c’était comme une planète complètement différente! Les ordinateurs résolvaient des problèmes de mathématique simple, quoiqu’à la fin de cette année-là, il était clair qu’ils pourraient en faire plus.

L’ordinateur « Colossus », Bletchley Park, 1943.

Colosus computer

Alors ce n’était pas une prédiction déraisonnable de la part de notre ami M. Watson, étant donné les avancées technologiques qui devaient encore être faites. Qui aurait pu prévoir que les ordinateurs pourraient faire partie de la vie quotidienne de tous d’une façon ou l’autre à peine quelques décennies plus tard?

Vous vous rappelez quand Rapport minoritaire est sorti, en 2002? Je ne sais pas pour vous, mais je trouvais ça trippant de pouvoir toucher les trucs sur un écran avec les gants spéciaux de Tom Cruise  – une technologie sans contact… si futuriste! Mais ce n’est plus chose du futur : la technologie est maintenant en place pour utiliser un ordinateur juste en pointant (pensez seulement au Kinect de Microsoft).

En fait, les ordinateurs sont partout. Dans un rapport de 2008 de Radio-Canada, le nombre d’ordinateurs personnels en utilisation à travers le monde à l’époque était estimé à un milliard, avec une prédiction de deux milliards pour 2015. Gartner a rapporté plus tôt en 2014 qu’ils s’attendaient à ce que le nombre d’ordinateurs personnels, de tablettes, d’ultramobiles et de cellulaires expédiés en 2014 atteigne 2,5 milliards d’unités – parce que les « ordinateurs » aujourd’hui ne sont pas tout simplement des PC. Dans ce même rapport de Gartner, on affirme que les cellulaires allaient très probablement dominer les expéditions d’appareils globales, avec 1,9 milliard de cellulaires expédiés en 2014.

Alors avec les ordinateurs désormais à portée de main, à quoi nous servent-ils, principalement? Pas à résoudre de simples problèmes mathématiques, ça, c’est certain! Selon l’Online Publishers Association/Frank N. Magid Associates :

  • 99,5 % des utilisateurs accèdent à du contenu ou de l’information
  • 63,1 % des utilisateurs accèdent à Internet
  • 62,1 %  des utilisateurs vérifient leurs courriels
  • 49,2 % des utilisateurs écoutent de la musique
  • 46 % des utilisateurs jouent à des jeux
  • 41,7% des utilisateurs téléchargent et utilisent des applications
  • 15 % des utilisateurs font des achats
  • 15 % des utilisateurs lisent des livres

Et avec les avancées en technologie, les annonceurs sont de plus en plus actifs sur les appareils mobiles. Grâce aux capacités GPS des cellulaires, les annonceurs peuvent accéder à des données qui montrent exactement où se trouve l’utilisateur, et quand il utilise son appareil. Il peuvent tirer des données environnementales pour également savoir de quoi a l’air la météo à cet endroit, puis montrer des annonces à l’utilisateur qui sont reliées à ces trois facteurs, augmentant la chance que l’utilisateur voient les annonces et qu’il agisse.

Alors, en rétrospective, je crois qu’on peut confortablement dire que notre pauvre Thomas J. Watson, avec sa prédiction d’un marché mondial de cinq ordinateurs, avait tort. Vraiment, vraiment tort.

Rebecca Maynes on linkedin
Rebecca Maynes
Rebecca Maynes is Mediative’s Manager, Content Marketing and Research. Her expertise lies in the creation of engaging thought leadership for Mediative. From compiling eBooks and case studies, to conducting research, analyzing data and writing white papers and reports, Rebecca is an integral part of Mediative’s Marketing and Research team. Rebecca began her career with Yell.com in England, and, after emigrating to Canada in 2005, she has gone full circle, joining Mediative, a Yellow Pages Group Company, in 2009. Prior positions include Marketing for a B2B Software company. Rebecca graduated from Cardiff University in Wales, UK, with a First Class Honours BSc in Business Administration.